fbpx

A partir du premier décembre prochain, le prix de plusieurs centaines de médicaments baissera. C’est en effet l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) qui l’a ordonné dans le cadre du rééxamen des préparations sur le marché. Les économies attendues s’élèvent même à 100 millions de francs.

Résultat de recherche d'images pour "médicaments"

Une baisse d’environ 16 %

Le prix de plus de 250 médicaments vendus sur ordonnance reculera d’un peu plus de 16 % en moyenne. Les médicaments concernés sont surtout les remèdes utilisés en infectiologie, ophtalmologie ou encore pour les affections cardio-vasculaires. Les génériques et les médicaments en co-marketing (qui ne se différenciant que par l’emballage) ont eux aussi été réexaminés.

De fortes économies

Depuis deux ans, l’OFSP analyse chaque année pour un tiers des médicaments de la liste des produits soumis à prescription si ceux-ci satisfont aux critères d’économicité, d’adéquation ou encore d’efficacité. L’année prochaine, les contrôles porteront sur les médicaments utilisés en oncologie et gastroentérologie.  L’analyse s’effectue en effet sur tous les médicaments d’un groupe thérapeutique.

Des intérêts différents

Entre 2012 et 2014, des réductions de tarifs avaient été ordonnées pour 1500 produits et avaient conduit à des économies de 600 millions de francs. La méthode des autorités fédérale avait finalement été contestée par l’industrie pharmaceutique et l’examen avait été suspendu.

Cette méthode a repris en 2017 mais sur de nouvelles bases. En 2015, le Tribunal fédéral avait donné raison aux pharmas et avait estimé que le contrôle ne pouvait pas seulement se fonder sur une comparaison des prix pratiqués à l’étranger mais qu’il devait tenir compte du rapport coût-bénéfice des produits admis pour les mêmes indications thérapeutiques. Des évolutions sont encore à prévoir, puisque le Conseil des Etats a adopté dernièrement une motion demandant que le système soit révisé afin qu’il prenne en compte le coût thérapeutique journalier et le coût pour l’ensemble du système de santé. Le conseil National devra encore se prononcer à ce sujet.

Références :  Rts info –  20 minutes